post image

06

février

Merci au journal la Dépêche de s’intéresser régulièrement à nos pratiques, à nos méthodes de perfectionnement et d’entraînements dernière génération.

ITEPS Sport Muret accompagne aussi bien les sportifs professionnels que les sportifs amateurs souhaitant atteindre leurs objectifs.
Nous aidons aussi les jeunes à grandir et à s’entraîner dans les meilleures conditions, alliant médecine et sport, l’académie ITEPS est aussi le complexe d’entraînement et d’accompagnement le plus adapté à nos jeunes pousses.

L’article La Dépêche:

« Anthony Rea en 2016, lors de la 17e édition de «Boxe in Défi», dans la catégorie des -90kg en Pankido golden belts avait gagné contre un espagnol. Pour la 18e édition, le 18 mars, ce sera son 4e Boxe in Défi.

Anthony se prépare très sérieusement car il ne connaît encore pas son adversaire. L’Anglais qu’il devait rencontrer vient de déclarer forfait, ou plutôt son coach ne souhaite pas qu’il rencontre Anthony Réa.

Pour compléter son entraînement il a choisi de venir à Muret à l’Iteps où la salle hypoxie lui permet de travailler comme à 3 000 m d’altitude et même jusqu’à 5 000 m s’il le souhaitait. Là il travaille en bonne compagnie, sous les ordres de Laurent Arbo, son préparateur, toujours détenteur du record d’essai au top 14 et avec l’ailier Sofiane Guitoune du Stade Toulousain qui se remet bien de sa pubalgie. Sur son travail à 3000 il l’a résumé d’un tonitruant «ça pique !». Anthony Réa, lui, à la fin de la séance, a demandé de s’assoir pour expliquer : «Des amis du milieu médical m’ont parlé de l’Iteps, j’y ai trouvé ce que je souhaitais, des personnes à mon écoute, compétentes et qui m’aident à améliorer ce que je fais dans ma discipline, les sports de combat. Aujourd’hui à six semaines du combat, je suis dans une forme ascendante et je la juge pas trop mal (sourire) surtout que suite à une blessure au pied lors de mon dernier combat j’ai dû m’arrêter trois mois». Sur la préparation à 3000m il marque un temps d’arrêt pour trouver les termes appropriés et en hochant la tête il confie «Ah oui ! C’est une expérience ! C’est très intéressant à faire. C’est une sensation particulière, on se retrouve très très vite en dette d’oxygène, confronté à des problèmes que l’on va avoir au bout d’un certain moment en combat. On travaille ainsi sur de la fatigue cardio-vasculaire, musculaire et aussi mentale. Cela va me permettre d’être endurant plus longtemps». Il espère ainsi faire un beau combat le 18 mars devant les caméras de «Tv Combat Sport» et surtout de «Equipe 21» qui vient couvrir pour la première fois Boxe in Défi.

Roger Eychenne. »

Nous contacter ICI.

Suivre le lien ICI pour lecture complète de l’article.