post image

29

janvier

A travers le large panel de sport que nous avons à disposition, il est important de pouvoir s’adapter à la demande en terme de développement des qualités physiques. Nous y retrouvons notamment la vitesse, l’endurance, la souplesse, l’agilité, etc…

Aujourd’hui nous allons parler d’une qualité qui est présente dans de nombreux sports et qui, par conséquent, intéresse un grand nombre de sportifs. Il s’agit de la force.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire au premier abord, il ne suffit pas de déplacer des charges lourdes pour optimiser son potentiel, il existe des méthodes et des manières de planifier ses dernières afin d’aider les athlètes à améliorer leurs gains.

En voici un exemple avec les explications associées.

L’organisation temporelle de cette planification permettra aux « effets retard » de s’exprimer afin d’être le plus performant possible dans le temps.

En ce qui concerne la présentation de la programmation utilisée, les cycles s’articulent en grande partie autour des différents régimes de contraction du muscle comme logique d’entraînement.

C’est pour cela que nous retrouverons une période excentrique qui aura pour but de modifier les structures musculaires telles que : les composantes élastiques séries (dans la partie passive de la CES la raideur du système tendineux est augmentée par l’amélioration de la densité du collagène, et plus le tendon est raide, plus vite il transmet les forces).

Ensuite, nous retrouverons une période de pliométrie, qui est un régime de contraction qui alterne une phase excentrique brève suivie d’une phase concentrique grâce notamment au réflexe myotatique. Cette méthode nous permettra d’augmenter la raideur active et de diminuer la compliance, d’améliorer les coordinations intermusculaires et enfin de faciliter la synchronisation de l’activité musculaire et de l’activité myotatique par réduction des inhibitions. A la suite de cette période, nous retrouvons la sollicitation isométrique où le but sera de maintenir une position en dessous de l’angle optimal dans la phase concentrique d’un mouvement, de manière à augmenter la force dans cette position angulaire, d’augmenter la raideur musculaire et d’obtenir un recrutement massif d’unité motrices.

Enfin, les derniers temps de la préparation globale seront axés sur le travail balistique et stato-dynamique, où le but sera une nouvelle fois l’amélioration de la coordination intramusculaire.

Comme vous avez pu le voir à travers ses lignes, l’entraînement ainsi que les résultats ne sont pas le fruit du hasard, ils viennent de l’association des travaux scientifiques qui ont pu être corroborés par l’expérience du terrain.

Alors n’hésitez plus, venez vous entraîner avec nos coachs afin d’être suivi et d’évoluer au mieux, contactez-nous ICI !