post image

02

avril

De la kinésithérapie à la préparation physique, une étape importante : la réathlétisation
La réathlétisation, représente une étape transitoire entre la kinésithérapie et la reprise de la
préparation physique. Il s’agit du ré-entrainement d’un sportif ayant subi à cause d’une pathologie
plus ou moins importante, un désentrainement.
L’objectif principal de la réathlétisation est de rendre l’athlète apte le plus rapidement
possible physiquement et psychologiquement à un retour au terrain. Il est important de comprendre
que la réathlétisation n’est pas de la kinésithérapie améliorée où plus sportive, mais bien une étape à
proprement parlé du protocole de retour à la compétition.
Quand à lieu la réathlétisation ?
Il est possible de rentrer dans un protocole de réathlétisation :
 Immédiatement après la blessure en la prenant en compte bien-sur
 Après une opération
 En association de la rééducation
 En fin de rééducation
Selon les études, les bienfaits de la réathlétisation sont accentués en associant les deux
protocoles. Par exemple, en alternant un jour la kiné et le suivant la réathlétisation ou même en
travaillant sur du biquotidien ; c’est-à-dire le matin en kiné et l’après-midi en réathlétisation.
Néanmoins ce couplage sera positif si les deux corps (kiné/préparateur physique) échangent et se
coordonnent sur le travail, l’évolution de l’état de la blessure et l’état psychologique du sportif, ses
progrès physique…

La charge de travail

Le travail proposé en réathlétisation se doit d’être qualitatif et peu quantitatif au départ pour
tendre vers une augmentation du volume au fil du temps. Il est important que le préparateur
physique propose au sportif un programme adapté à son sport ; il faut donc faire une analyse précise
de la tâche : Comment se déplace-t-il (marche, course, en nageant…) ? Quel est le temps d’effort
total ? Quelle filière énergétique est la plus sollicitée ? Etc…

Importance de la relation corps médical/préparateur physique

Une bonne réathlétisation sera possible seulement si les différents intervenants qui vont agir
dans le protocole de suivi du sportif s’entendent, échangent et communiquent. Pour qu’une
réathlétisation soit considérée comme bonne, il faut que le plan d’entrainement soit validé par le
corps médical. Le mieux sera donc de faire des tables rondes, pour y présenter les plans
d’entrainement ainsi que leurs évolutions positives ou négatives. Si l’athlète intègre la réathlétisation
à la kinésithérapie, les échanges entre les parties seront très importants notamment pour la
modulation des entrainements en fonction de ce qui a été fait la veille ou le matin. Le retour à la
compétition n’est en aucun cas validé par le préparateur physique mais par le médecin où le
chirurgien.

La réathlétisation au sein de votre centre ITEPS

Notre institut est composé d’une partie kinésithérapie et d’une partie préparation physique
intervenant sur le même plateau. Cette collaboration permet donc d’interagir de la meilleure des
façons dans les protocoles de réathlétisation. Il est donc possible d’associer aisément ces deux
compétences.